On distingue au niveau de la cornée plusieurs éléments. Ainsi d’avant en arrière on décrit :

  • Le film lacrymal qui lubrifie la cornée,
  • L’épithélium cornéen, couche superficielle en perpétuel renouvellement très innervée. Cette couche repose sur :
    La membrane de Bowman, fine, lisse et résistante. Cette membrane sépare l’épithélium de surface du :
    Stroma cornéen. Cette partie de la cornée dont l’organisation en lames ressemble à des structures en lamellé collé est la plus épaisse de la cornée et la plus permanente au cours de la vie. Elle assure la résistance mécanique de la cornée. C’est à ce niveau que les lasers réfractifs vont intervenir.
  • La membrane de Descemet qui sépare le stroma de :
    L’endothélium cornéen. Cette structure la plus interne de la cornée est aussi la plus fragile, son altération importante conduit à une perte de transparence définitive et souvent douloureuse de la cornée. En effet, les cellules de cette couche ne se multiplient pas et nous en perdons régulièrement au cours de la vie. Le stock est important à la naissance. Cependant des maladies, des traumatismes de diverses origines, aux rangs desquelles les interventions intra oculaires représentent un contingent important, vont altérer cette couche fragile. Nous verrons l’importance de son évaluation pré opératoire et sa surveillance post opératoire dans certaines interventions.

Endothélium cornéen parfaitement sain, les cellules d’aspect polygonal ressemblent à une mosaïque posée à la face postérieure de la cornée. Densité cellulaire supérieure à 2500.

  Publié le Lundi 7 Septembre 2015