Le LASIK (Laser Assisted In Situ Keratomylosis)

Succédant au kératomylosis (cf historique des méthodes), le Lasik a remplacé la coupe réfractive du kératomylosis par la vaporisation thermique de la cornée par le laser excimer. La précision était bien supérieure et le capot disposait d’une charnière ce qui permettait une meilleure remise en place.

Après découpe du volet cornéen par laser femtoseconde, le traitement proprement dit de la myopie se fait par laser excimer.

Après le traitement par laser excimer le volet cornéen est remis en place

Contrairement à l’excimer de surface, la période douloureuse est peu intense et brève et la récupération visuelle rapide (environ 24 heures pour l’essentiel). Les deux yeux sont opérés dans la même session opératoire.

Réservé dans les débuts aux fortes myopies, cette technique s’est progressivement étendue vers les myopies moyennes et faibles. Au point que vers les années 2000 certains imaginaient que cette technique allait remplacer totalement l’excimer de surface. En fait les complications du lasik non rares et parfois sévères on limitées cette expansion. La liste de ces complications est longue citons :

  • Les complications liées à la réalisation du volet : volet trop petit, découpe irrégulières par blocage du microkératome, volet trop fin avec trou (button hole) Ces complications survenant lors de la réalisation du volet ont été nettement diminués par le laser femtoseconde.
  • Les complications survenant des les suites proches de l’opération ; déplacement du volet avec macro plis, invasion épithéliale de l’interface (la couche superficielle de la cornée s’insinue sous le volet), micro plis liés à la mauvaise correspondance entre la surface interne du volet et la surface ayant reçu le traitement laser excimer et de ce fait plus petite.
  • Les complications survenant à distance de l’intervention; déplacement traumatique du volet, déformation de la cornée liée à un affaiblissement biomécanique de celle-ci résultant de la découpe du volet et du traitement laser. On parle alors d’ectasie de la cornée post lasik. Il s’agit là d’une complication redoutable pouvant conduire à une greffe de cornée, intervention ayant elle-même son lot de complications. Toujours dans les complications précoces citons les réactions inflammatoires au niveau de l’interface qui peuvent conduire à une reprise chirurgicale pour lavage de l’interface si le traitement médical n’est pas rapidement efficace. Ces réactions doivent être distinguées de certaines atteintes de la cornée centrale dont le traitement est radicalement différent.

L’arrivée du laser femtoseconde, la meilleure connaissance des cornées à risque d’ectasie (cornée fine, astigmatisme asymétrique en particulier) ont permis de réduire de façon notable la survenue des complications les plus graves (ectasie cornéenne, invasion épithéliale). Cependant le volet demeure une structure fragile et son niveau d’adhérence avec le reste de la cornée doit être considéré comme faible. Plusieurs années après l’intervention il peut à nouveau être soulevé. C’est à l’évidence le point faible de cette technique par ailleurs séduisante.

Découpe du volet cornéen à l’aide d’un microkératome manuelle. Le volet est replié au niveau de la charnière. On notera sur la conjonctive les hémorragies ponctuelles liées à la succion par le microkératome. Succion nécessaire pour maintenir la cohésion entre l’instrument et l’œil pendant la découpe.

  Publié le Lundi 16 Novembre 2015