L’uvée est la tunique intermédiaire de l’œil, entre la coque sclérale (le blanc de l’œil) et la rétine . Elle regroupe l’iris, le corps ciliaire et la choroïde. Très vascularisée, elle est souvent atteinte au cours de maladies pouvant intéresser de nombreux tissus de l’organisme. Si certaines de ces maladies sont assez facilement identifiées d’autres sont beaucoup plus difficiles à mettre en évidence. Ainsi et malgré un bilan minutieux peut-il arriver qu’aucune étiologie (cause) ne soit retrouvée.

LES UVEITES OU IMFLAMMATION DE L’UVÉE

Les uvéites peuvent toucher toutes les parties de l’uvée soit simultanément on parle alors de panuvéite soit plus souvent ces uvéites prédomineront au niveau d’une partie de cette tunique uvéale.

Très schématiquement on distingue les uvéites antérieures qui regroupent les atteintes iriennes (iritis) et du corps ciliaire (cyclites). Les uvéites postérieures qui se localisent pour l’essentiel dans la partie postérieure du fond d’œil et entre les deux les uvéites intermédiaires. Ces dernières sont particulières par le fait qu’à ce niveau de l’uvée les vaisseaux sont très fins.

Les uvéites antérieures, volontiers douloureuses, s ‘accompagnent d’une rougeur oculaire et d’une baisse de vue. On les rencontre entre autres dans certaines maladies rhumatismales : spondylarthrite ankylosante, la maladie de Behcet….. Elles peuvent également être l’aspect révélateur d’une uvéite souvent plus diffuse au niveau oculaire.

Les uvéites intermédiaires, souvent indolores, se révèlent également par une baisse de vue avec la perception de taches noires mobiles par diffusion dans le vitré. Il en va de même pour les uvéites postérieures.

Uvéite antérieure avec précipités (dépôts) à la face interne de la cornée. On note également une cataracte nucléaire

Uvéite antérieure au cours d’une maladie de Behcet. On note en bas un niveau blanc encore appelé hypopion.

  Publié le Lundi 7 Septembre 2015